Le benchmark concurrentiel pour (r)assurer !

Vous avez pas le temps de lire ?
Voici pour vos belles oreilles !!

Lire la vidéo

Mettre mon client en confiance, gérer comme une vraie pro et lui glisser mon devis E.A.S.Y !

Pour les grands projets,  je propose un mini-benchmark express en plus de mon devis !

“Mais pourquoi tant de haine ?” me direz-vous… ? 

Et bien le mini-benchmark express est LA clé pour : 

• amorcer d’excellentes relations professionnelles, 

• gagner en crédibilité,

• sécuriser mon futur client. 

Finis les allers/retours incessants sur les devis et la boule au ventre lors des négos, 

vive un climat de confiance engageant, serein et kiffant ! 

Alors, on voit ensemble à quoi sert ce mini benchmark ?

1 je plonge dans l’univers de mon client

Le site internet de mon client est en eaux troubles … il hésite entre une agence de com ou un graphiste – webdesigner freelance… ? ok je dois me démarquer avec une attitude proactive,
je passe à l’action ! (plouf)
La première chose à faire est de me mettre à son écoute. Sous forme de questionnaire ou d’un coup de fil rapidos (1h), je lui pose une série de questions ouvertes et pertinentes. Pour être juste, je reformule ses réponses et je vérifie que j’ai bien compris après chaque réponse de sa part. Mon objectif : le laisser parler afin de saisir immédiatement l’environnement de son entreprise, son coeur de cible et ses cibles secondaires.

Comment mon client veut-il développer sa visibilité ? 

Pour toucher quelles cibles ? À quel niveau pense-t-il avoir du retard ?

et sur quels points a-t-il besoin d’améliorations ? 

A-t-il besoin de brassards, de frites ou de petits canards ? 

(oups je m’égare)

l’écoute active ! grâce à ça, j’ai en main tous les indicateurs nécessaires à l’élaboration d’une stratégie de contenu digital en béton armé. Je comprends l’ADN de sa marque et ses objectifs prioritaires (bronzer ou pratiquer la brasse coulée ;). Peut-être veut-il accroître sa notoriété et atteindre une cible plus professionnelle ? Ou peaufiner une stratégie de marque !

Le fait de se mettre réellement à l’eau… heu à l’écoute, pardon, permet,
• que le client se dise : “chouette, je me sens enfin entendu et compris dans mes attentes”!,

• qu’on amorce une collaboration pro sur des rapports sains,
• que je me démarque par rapport à d’autres prestataires,
• que je fasse valider mon devis facilement sans subir d’apnée forcée !

Souvent le client me contacte pour effectuer une refonte d’identité graphique ou une refonte d’un site boutique ou site vitrine qui dégringole à la surface du net. Dans ce cas, je dois revoir la stratégie de communication de la marque, analyser là où ça pêche et chausser mon meilleur masque de plongée pour dégoter de bonnes idées chez les concurrents ! Ou chez les gros poissons, si vous préférez.

Un exemple de collaboration réussie dont je suis fière comme un paon (une paonne 😉 Les paniers de David

 

 

Derrière Les paniers de David se cache un commerçant drôlement sympathique qui vend des paniers alimentaires bio et locaux aux particuliers sur le net. Un jour, il fait appel à Sarah Ligerot, mon binôme, celle avec qui je crée des sites e-commerce sur-mesure qui déchirent bien sûr !
Elle me contacte et me dit… “qu’elle ne peut vivre sans moi”. Oups. Je me re-égare. Bon ok. En vrai, elle m’annonce qu’elle a besoin de moi pour bosser sur le site. 

Ma mission ? Refondre l’intégralité du webdesign et l’ergonomie du site e-commerce Les paniers de David. Le projet est hyper intéressant : il me parle, il correspond parfaitement à mes valeurs et je brûle d’envie de bosser pour cette boîte ! Avant même d’élaborer un budget avec le responsable de l’entreprise, je l’appelle. Je lui explique que j’ai besoin de cerner son entreprise pour lui proposer un devis qui colle parfaitement à ses besoins. Durant 1h, je lui pose tout plein de questions : comment est née son entreprise, quelles sont ses problématiques, quelles sont ses ambitions, son histoire, etc. ? Je repars de ce rendez-vous ravie / cui-cui les p’tits oiseaux/ et vois que lui aussi semble tout content dès ce premier échange :)).

J’ai réussi à lui poser des questions pertinentes sur son business, j’ai reformulé ses propos pour lui montrer que j’avais bien compris et j’ai pris le temps de l’écouter. Ce rendez-vous est décisif. Après “ y’a plus qu’à” ! J’ai tous les éléments nécessaires pour revenir vers lui avec une proposition financière et un planning parfaitement ajustés au projet et donc, à mon client.

2 J’espionne sans vergogne la concurrence

Benchmarking : heu… l’art de marquer des bancs ?
Mon client se désole d’un trafic qui se fait rare ? son taux de conversion est au plus bas, il rêve d’ améliorer l’expérience utilisateur… Benchmarking houhou, me voilà ! Mais tout d’abord, ça veut dire quoi cet anglicisme ? C’est quoi cette histoire de “marquer des bancs “ ? 😉
Le benchmarking est un outil d’analyse qui permet d’identifier les concurrents de la marque. En analysant les forces et les facteurs différenciants des acteurs du secteur – prix plus compétitifs, autres prestations associées, meilleure relation client – l’entreprise peut placer ses pions et gagner une longueur d’avance sur ses adversaires ! Welcome to the jungle, hihi. Mon “benchmarkage” à moi : enquêter fissa !

Je commence par choisir 4 marques qui cartonnent : 1 concurrent direct, 1 jeune start-up, 1 grand groupe et 1 marque super inspirante – qui n’a rien avoir avec le secteur, mais qui déborde de super idées – !

Ensuite, je chausse mes binocles et entame un véritable travail de business détective :
• je fais un état des lieux des ressources humaines et des services déployés sur leur compte LinkedIn;
• sur Societe.com, je vérifie l’état financier et la date de création de leur marque;
• je scanne leur référencement naturel, à l’aide d’outils comme Yoda, Insight ou encore Majestic SEO; • je pousse l’investigation en furetant sur les réseaux sociaux comme Instagram et Facebook;
• j’analyse impitoyablement leur stratégie de communication ainsi que les prestataires avec lesquels ils travaillent (agences de com ou freelances);
• j’achève mon investigation sans pitié grâce aux avis des clients sur les réseaux sociaux et sur leurs sites internet. Les cibles révèlent souvent des informations très pertinentes sur des éléments tels que le service, la réactivité ou l’humanité des acteurs de la marque.

Une fois que j’ai récupéré un plan d’action avec les grandes lignes de force de la concurrence, je fais un bilan avec mon client. Hey oui je soulève de nouvelles problématiques qui remontent à la surface ou un autre positionnement émerge ou des idées innovantes surgissent. Ces idées boostent mon client, car il entrevoit des solutions auxquelles il n’avait pas encore pensé !

Dénicher de bonnes idées chez ses concurrents lui permet de rester extra compétitif et de créer une vraie identité de marque pour son entreprise. En ressortira un ADN unique qui sortira totalement du lot ! Mes clients le disent ici 😉

La suite de l’histoire avec David, les paniers, la plongée toussa…

La suite de l’histoire avec David, les paniers, 

la plongée toussa…

En réalisant ensuite un benchmark concurrentiel de 1h, j’ai dégoté de super astuces et idées que Les paniers de David ne s’étaient pas encore appropriées. Par exemple, on pouvait créer de délicieuses recettes de cuisine et y associer un panier alimentaire ou utiliser une navigation avec des mégas-menus illustrés pour aider l’utilisateur à trouver ses produits plus facilement. Ou encore, on pouvait envisager un module de recherche simple en header toujours accessible. Ou bien mettre en valeur le fort engagement bio et local de l’entreprise à travers les biographies de producteurs associés. Il y avait plein d’autres possibilités, par exemple : mettre en avant un système de parrainage pour inviter ses clients à en parler, proposer un historique de “favoris” dès la page d’accueil pour aider le client à retrouver ses anciennes courses plus rapidement, etc … Quand je suis revenue vers lui avec mon devis, je lui ai glissé une note avec une liste des propositions pour améliorer son image de sa marque tout en prenant en compte ses problématiques de départ. Je lui ai aussi détaillé mon devis pour qu’il comprenne le processus de création et ses étapes clés de validation. Et hop, roule ma poule. Easy, je vous ai dit !

Voir le projet de refonte graphique
des paniers de david sur mon book

 

voir le nouveau site e-commerce

 

3 Moi, c’est P comme… PRO ? Évidemment.

Assurer comme une pro !

J’utilise souvent le benchmark pour analyser la marque et être force de proposition. Cette attitude rassure mon client : il n’a pas affaire à une petite joueuse 😉 ! Moi, je joue dans la cour des grands ou rien. Le voilà rassuré : il a en face de lui une Pro avec un grand P ! Une super pro qui va faire la différence, lui apporter une dose extra d’énergie et un stock d’idées brillantes. Elle a compris les enjeux, a su être réactive : c’est le talent qu’il me faut ! (tête de mon client qui prend la parole, pour ceux qui n’auraient pas compris).

En plus, je lui montre que je connais mon domaine, que je gère en toute autonomie, que je suis plus rapide que Kylian Mbappé – 1h je vous ai dit !- et qu’il peut me confier son projet en toute confiance. Or, être perçue comme une presta qui formule des propositions uniques et fait une réelle différence dans le développement business de mes clients, ce n’est pas rien !

Bon, j’arrête de me jeter des fleurs (quoique…). Tout ça pour vous dire qu’une écoute active associée à un benchmarking malin est une base idéale pour mettre mon client en confiance et démarrer un projet avec toutes les billes en main !

En utilisant cette astuce, vous pourrez :

• démontrer votre efficacité, votre réactivité et esprit d’analyse, donc vous DIFFÉRENCIER,
• créer un chouette lien de confiance et de proximité avec votre client,
• construire des bases relationnelles solides et rassurantes pour votre client.

Grâce au benchmark concurrentiel, je pose des bases digitales efficaces, originales et ciblées pour la nouvelle stratégie de communication de mon client. Juste irrésistible naan ?. Ces leviers lui permettent de briller sur le net : plus de trafic, car plus de cibles fidélisées et plus de conversions durables et exponentielles. En plus, je rassure mon client sur mon professionnalisme hors pair et sur la valeur de mon travail. Ca vous parle ? Et vous, vous faites quoi pour rassurer vos clients ? (la “brasse papillon” n’est pas une option ;).